Valais


Le Valais - Le royaume des montagnes géantes

« Le ciel jette un arc géant au-dessus de nous qui semble s’étendre à l’infini comme on ne le voit d’ordinaire seul en pleine mer. » Carl Zuckmayer (1896-1977), citoyen d’honneur de Saas-Fee

Avec le Cervin et le glacier d’Aletsch, le Valais possède deux des attractions géantes de la Suisse. Il aligne les sommets les plus élevés des Alpes suisses et additionne les masses de rocher les plus importantes, ce qui fait de ce canton un poids lourd.

La vallée du Rhône est extrême : c’est la vallée la plus profonde de toutes les alpes. C’est le glacier du Rhône qui, rabotant la montagne, a fait cette gouttière géante. Elle est aussi marquée par des écroulements de montagnes préhistoriques comme par une régulation de l’eau moderne (les bisses). Tout en un, le Valais forme un corridor de circulation international important, un espace agricole et viticole abondant, un paradis touristique prodigieux et une zone industrielle remarquable.

Le Bas-Valais : autour de la vallée du Rhône, des montagnes et des vallées extrêmes

La Bas-Valais est un espace culturel antique. Il a été habité par les Celtes, les Romains, les Alémans et les Burgondes. Les cols des Alpes portent des traces d’armées étrangères comme de marchands, de pèlerins et de poètes. A l’image des montagnes, les églises se dressent abruptement vers le ciel, par exemple dans la ville épiscopale de Sion. Dans la maison "Au fourneau" à Salgesch se trouve le Musée de la viticulture. Un des sites les plus attractifs est la Fondation Pierre Gianadda à Martigny et n'oublions pas le Musée des chiens Saint-Bernard qui offre plein d’histoires autour de ces célèbres chiens d’avalanche.

Le Haut-Valais : ouvrons les yeux pour le Cervin !

28 sommets au-dessus des 4'000 msm se dressent vers le ciel autour de Zermatt. Le plus célèbre est le Cervin, une des montagnes les plus magiques du monde. Que ce soit le long des « eaux saintes » des bisses historiques (canaux d’irrigation en montagne), sur de longues langues de glaciers gercées de crevasses ou sur des sentiers où passaient jadis les marchands avec leurs mulets, le Haut-Valais offre aux randonneurs, grimpeurs et skieurs une nature pure en été comme en hiver. Sur les pentes exposées au sud, des vignobles s’intègrent parfaitement dans le paysage montagneux. Les vins qui y poussent ont du caractère et se sont fait une réputation mondiale. Aller confortablement entre toutes ces montagnes. Si vous traversez le Valais en train, vous ne vous faites pas seulement grâce des routes en serpentin, mais vous avez aussi le loisir et la tranquillité de prendre plaisir au paysage. Quelques-unes de ces lignes font partie des plus belles de Suisse.

Brig - Point de départ des Alpes

A l'intersection de plusieurs cols (Simplon, Grimsel et Furka) se situe la petite ville de Brig qui doit son importance comme centre de commerce et noeud de trafic à l'entrée Nord du col du Simplon. Il vaut la peine de visiter le château du Stockalp érigé dans une style baroque sévère à trois tours du XVIIe siècle. Il reflète le pouvoir du capitalliste précurseur Kaspar Jodok von Stockalper, qui possédait les monopole du commerce par le col du Simplon. La visite de la vieille maison Stockalp et l'Eglise des Jésuites vaut aussi le déplacement !

Dans le quartier de Glis se trouve l'église paroissiale Mariä Himmfelfahrt. De l'autre côté du Rhône se trouve Naters. L'église paroissiale de St. Mauritius et le Musée de la garde Suisse au Vatican se trouvent dans la forteresse de Naters.

Sion - La ville la plus ancienne de Suisse

Le jugement de Goethe était aussi foudroyant qu’injuste : « Ici à Sion, l’auberge est affreuse et la ville a une allure noire répugnante. » Le 8 novembre 1779, le célèbre homme passait dans la ville. Il avait pourtant regretté le soir même de ne pas être monté à Tourbillon lorsqu’il prit ses quartiers à Sierre.

La capitale du Valais a deux âmes : les Valaisans francophones du bas l’appellent Sion, les germanophones du haut la nomment Sitten. On y parle souvent les deux langues. Elle se situe au pied de vignobles pittoresques et deux collines qui portent depuis le Moyen âge une église et une forteresse. Ce sont les celtes de Sedun qui lui ont donné le nom. Vers 570, la ville a été promue siège épiscopal et devient alors une place commerciale et le centre de toute la région. Sion a obtenu sa prospérité par le commerce et la viticulture.

Les détracteurs prétendent que Sion agirait encore comme si les Sarrasins étaient devant leur porte, car leur ensemble de châteaux et de créneaux est encore en excellent état. Le soir, les ruines de Tourbillon et de Valère tout en haut de ses deux collines sont magnifiquement éclairées.

La basilique de Valère mérite aussi une visite la journée. Elle contient l’orgue le plus ancien encore jouable du monde et est construit comme un nid d’hirondelle. Le troisième bâtiment important est le Notre-Dame-du-Glarier au centre de la ville.